firstcow2

First Cow Kelly Reichardt / 2021

Au début du XIXe siècle, sur les terres encore sauvages de l’Oregon, Cookie Figowitz, un humble cuisinier, se lie d’amitié avec King-Lu, un immigrant d’origine chinoise…

Légers spoilers.
 

Pour cette filmographie qui a toujours fait du territoire américain son premier objet, effleurant avec beaucoup de tact et de mystère ses légendaires imageries (celle du western notamment) tout en les tenant savamment à distance, l’occasion de se confronter enfin au film d’époque et à la reconstitution historique, cette fois frontalement (sans l’abstraction que permettait le désert de La Dernière piste), rend évidemment curieux.

Une des singularités de la carrière de Reichardt est que ses films, sur le papier, ont toujours coché les cases du cinéma indé US le plus caricatural, sans que jamais pourtant le résultat n’en ait le goût. Et c’est encore une branche du cinéma indé récent, celle incarnée par Roger Eggers cette fois, que la cinéaste vient ici emprunter : une manière d’associer au cinéma de genre un regard foncièrement naturaliste (exposer la préhistoire des USA sans fard, dans sa misère et sa saleté, dans sa petitesse et son absence de grands drames aussi). Sauf que le genre que Reichardt confronte ici, ce n’est pas vraiment le western, mais plutôt le merveilleux : quoi de plus étrange en effet, de plus inattendu, que la trivialité et les bizarreries mises à jour par le souci de véracité historique ? Au-delà de l’incongruité constante de cette communauté de pionniers hagards (qui peinent à incarner la virilité conquérante qu’on attendrait d’eux), dans un monde diffracté en une multitude d’étrangetés et d’attentions (ici un bébé au milieu d’un bar, là un lézard qu’on remet sur le ventre…), c’est surtout la panoplie plus multicolore de ce territoire, cabinet de curiosités végétales, de costumes divers, hybrides et bigarrés (ceux de tous ces peuples qui cohabitent dans la boue), ou encore la plongée occasionnelle dans des nuits dignes d’un conte de fée (pâtisseries dangereuses incluses), qui donnent au film les allures d’un paon qui fait la roue.

Dans un premier temps, la forme du film est ainsi celle de la cueillette, cueillette aux images ravissantes et aux moments bizarres s’enchaînant sans grand souci du récit (voire l’énorme ellipse, peu compréhensible, entre la pêche au saumon et l’arrivée au campement). Ce décor originel semble surtout être l’occasion pour Reichardt de réunir les questions fondatrices de l’Amérique (le capitalisme, le rêve entrepreneurial, le melting-pot) dans une cour de récréation, dans un pré boueux de deux mètres sur trois, pour l’observer avec une certaine ingénuité. De cet univers de conte naturaliste finit par émerger une fable toute ronde, celle de la fameuse vache, et sur ces pentes-ci Reichardt est moins passionnante : la force de sa narration a toujours été d’opérer en creux, en suggestions, or la marche du récit fabulesque se fait ici un peu trop sage (malgré la jolie amitié entre les deux personnages principaux, dont la tendresse berce le film) – sans le formidable Toby Jones, on s’ennuierait ferme. Il faut attendre le dernier segment, plus imprévisible et accidenté, pour que le film se réveille à nouveau, et redéploie pleinement ses charmes.

Ce film de Reichardt, d’ores-et-déjà son plus célébré, est donc aussi celui qui en trahit un peu la manière habituelle, ce qui n’est au fond peut-être pas très surprenant1. Il confirme surtout le goût récent du cinéma US indé pour la nation américaine archaïque, encore vierge d’imagerie, nouveau Far West cinématographique dans lequel on peut réinventer tous les récits et anti-mythes fondateurs qu’on veut.

 
 

Notes

1 • Ces particularités (la fable plutôt que le récit en creux) font en effet que le film est probablement plus accessible et aimable que le reste de la filmographie de Reichardt. Ce phénomène n’est pas neuf : on peut par exemple se rappeler du cas d’Oncle Boonmee, où Weerasthakul se laissait aller à la profusion du livre d’images, contre l’économie ou le peu de signes ayant marqué le reste de sa carrière, et qui avait été mieux reçu par ses habituels réfractaires, devenant par là-même son film emblématique.
 

Réactions sur “First Cow Kelly Reichardt / 2021

  1. Bonjour Tom. Tu viens de voir le film qui est à mes yeux le meilleur film de l’année. Que j’ai aimé ce film ! C’est étonnant que tu utilises l’expression de “cabinet de curiosités”, toutes les micro-originalités visuelles que ce film comporte ne sont rien d’autres à mes yeux que ce que la vie elle-même donne et qui a depuis longtemps été purgé de la “norme cinématographique”. On peut être surpris par ce que l’on voit, et il ne s’agit de rien de sophistiqué mais de choses toutes simples. Un film qui enfin nous surprend simplement. C’est un western aussi complètement renversé dans ses codes, dans la définition du genre, dans tous les sens du terme. Tu n’insistes pas beaucoup dessus, mais la “virilité” ou plutôt son questionnement ici me paraît essentiel. Et que cette amitié est plaisante. Le film est des plus aimables. Enfin bref, je ne tarie pas d’éloge à son sujet. il y a longtemps que je l’ai vu (festival d’avant-première Télérama) mais je veux le revoir, pour tenter de gribouiller trois mots notamment. Mais je redoute toujours un peu d’écrire sur un film simple et nécessaire comme celui-ci.

  2. Hello ! On se rejoint sur le côté “cabinet de curiosités” en fait je pense, je désignais là quelque chose qui tient simplement à son regard, à la diversité bizarre et inattendue de ce qui l’intéresse, et qui vient contredire les normes attendues du western comme du film historique.

    Sur le reste (la virilité hors jeu, le film étant plutôt un nuancier d’hommes doux et de brutes), comme sur le western retourné, j’apprécie tout en étant moins surpris que toi sans doute, vu combien ces échos m’étaient venus du film depuis sa première diffusion en ligne. Sans doute cela m’aurait-il davantage cueilli si je l’avais découvert par moi-même ! (peut-être aussi est-ce là ta difficulté pour écrire, c’est en tout cas souvent la mienne, cette impression de passer après tout le monde et tant de textes…)

    Après, sans être aussi à fond que tout le monde, ni avoir pour lui la tendresse que j’ai pour d’autres films de Reichardt (cela dit presque tous inégaux), ça reste aussi à mes yeux un des meilleurs films de l’année.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser les balises et attributs HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>